Jusqu’en 3000 avant J.C, la pratique de l’art était très libre. Il n’y avait pas de règles et chaque peuple faisait plus ou moins quoi bon lui semble. Il a fallu attendre l’antiquité, pour que les arts plastiques commencent par être transmis ou enseignés en tant que savoir entre les peuples.

L’Égypte antique

Cette époque a vu l’apogée des civilisations de la méditerranée et du proche orient. Celle de l’Égypte est de loin la plus représentative, car elle a servi de socle à d’autres civilisations et cultures. Vers 1350 av. J.-C., Akhénaton accède au trône et va profiter pour introduire et imposer de nouveaux styles artistiques et architecturaux. L’art égyptien va devenir plus gracieux, et les proportions des représentations seront de plus en plus souples. En fait, il voulait juste qu’on le glorifie.

Pendant cette période, beaucoup de civilisations environnantes dont celle grecque vont entrer en contact avec l’Égypte.  Et l’Égypte va devenir le berceau de beaucoup de savoirs. Les artistes égyptiens vont transmettre leur savoir-faire aux Grecs. Ces derniers vont s’en inspirer pour inventer leurs propres codes picturaux qui vont leur permettre de s’affranchir de la « charte graphique égyptienne ».

Les représentations égyptiennes suivaient la même logique que les hiéroglyphes. L’art égyptien ressemble beaucoup plus à des écritures qu’à de réelles représentations. Il s’agissait de dessins et bas-reliefs que l’on retrouve essentiellement dans les temples et dans les pyramides.

Dans le reste de l’Afrique, l’art de cette époque était déjà très spirituel ou religieux. En Afrique noire, les représentations qui datent de cette époque sont surtout celles de divinités, de reliques sacrées et royales.

Art : poses artistiques et architecture traditionnels des temples de l'Égypte antique. Á droite : les mêmes éléments, sous le règne d'Akhenaton.
À gauche : poses artistiques et architecture traditionnels des temples de l’Égypte antique. Á droite : les mêmes éléments, sous le règne d’Akhenaton.

La Grèce antique

 Art : Télèphe et Héraclès (original grec début iie siècle). H. 2,16 m. Fresque d'Herculanum, Naples MNArch
Télèphe et Héraclès (original grec début iie siècle). H. 2,16 m. Fresque d’Herculanum, Naples

S’inspirant des Égyptiens, les Grecs vont donc commencer par représenter des dessins de portraits de face, se démarquant ainsi des représentations de portraits égyptiens qui étaient de profil. Le concept de l’évolution dans l’art vit le jour. On peut dire qu’il y a eu du chemin entre les Xoanas primitifs et le Parthénon. Notons que l’art grec avait pour but de créer une représentation idéale pour chaque dieu.

En Asie, dans les contrées qui constituaient autrefois Babylone, les représentations étaient des bas-reliefs de conquête et de chasse. La civilisation perse et mède s’était aussi fortement inspirée de celle égyptienne.

Partagez sur les réseaux sociaux
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 18
    Partages

Auteur Komi AGBOGUIN