Biennale de Lagos : le Nigéria, deuxième plus grand marché d’art africain.

L’épanouissement qu’est entrain de connaître l’art contemporain ces dernières années en Afrique, n’est plus à démontrer. Les initiatives comme la Biennale de Lagos sont en pleine expansion.

© Biennale de Lagos 2017
© Biennale de Lagos 2017

Les financements commencent à à s’orienter vers les oeuvres artistiques contemporaines. Les artistes travaillent à améliorer leurs techniques et leurs supports qui sont davantage plus variés : peinture, installations avec projection vidéo, sculptures faites en matériaux de récupération, etc. Ce qui prouve combien l’art contemporain africain, a de beaux jours devant lui.

C’est d’autant plus vrai, que, plusieurs pays, conscients de cet éveil, s’engagent à une organisation optimale de festivals et de biennales favorisant la rencontre d’artistes du continent comme du monde. Ce qui avantage également la promotion de cette nouvelle dimension de l’art africain qui s’inspirerait désormais aussi bien des traditions du continent que des réalités urbaines contemporaines de l’Afrique. 

Lire aussi : Erick Ahounou & Lionel Attere Exposent Nude Art & Body-Painting

Du fait donc de son sens de l’anticipation, de la foison des travaux qui en découlent, de la diversité active de ses acteurs et de ses artistes, du professionnalisme de ses institutions de plus en plus aguerries pour obtenir le financement nécessaire, de la créativité rentable de ses talents émergents et évidemment de la solvabilité de son marché intérieur, le Nigeria est aujourd’hui, le deuxième plus grand marché d’art. Et en ce sens, il semble vouloir  ne pas rester en marge de l’expansion de l’art contemporain africain en Afrique.

Tosin Oshinowo
Tosin Oshinowo

Désormais, avec ses près de 21 millions d’habitants et sa fulgurante montée économique, le Nigeri

a est devenue un excellent incubateur de l’innovation culturelle et technologique. Considéré de ce fait comme un épicentre, il a connu l’avènement de la Biennale de Lagos, véritable rendez-vous culturel internationale d’art contemporain dont la première édition a eu lieu en 2017.

 

La deuxième édition en phase avec les préoccupations de l’époque

C’est donc  pour assurer la continuité de cette grande rencontre qu’une deuxième édition se tiendra du 26 Octobre au 30 Novembre sous le thème sous le thème « comment construire une lagune avec juste une bouteille de vin », les questions d’urbanisation, de changement climatique et d’environnements durables étant aujourd’hui réccurentes.

Antawan Byrd
Antawan Byrd
Hansi Momodu-Gordon
Hansi Momodu-Gordon

Les artistes venus des quatre coins du monde sont attendus à Lagos. Trois curator (commissaires d’exposition ou conservateur de musée, ndlr) ont été désignés pour cette édition. Il s’agit de Tosin Oshinowo, d’Antawan I. Byrd, et d’Hansi Momodu-Gordon qui travailleront sous l’égide du fondé et directeur artistique Folakunle Oshun.

Envie de participer  ?

Folakunle Oshun
Folakunle Oshun

Un éventail de propositions sont les bienvenues, tant qu’elles contribuent à réfléchir sur la manière dont les œuvres qui seront présentées peuvent faciliter les interactions entre l’homme et la nature, favoriser l’empathie et les approches compatissantes de la cohabitation à la lumière de l’urbanisation, méditer sur les relations entre les villes d’aujourd’hui et les histoires plus profondes d’urbanisation et d’échanges économiques, spéculer sur le rôle futur de l’art et de la technologie dans la création de modes de vie durables,etc.

Les artistes souhaitant participer à la biennale sont invités à postuler en soumettant leur candidature à travers un formulaire de candidature complet rempli, ainsi que les supports correspondants. Les candidatures peuvent être soumises via une candidature en ligne à l’adresse www.lagos-biennial.org/opencall ou par courrier électronique à l’adresse opencall@lagos-biennial.org.

Pour postuler directement, cliquer ici

Pour en savoir plus, cliquer ici

Partagez sur les réseaux sociaux
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •